facebook youtubeflickr video

Ecovoluntary service - ecovoluntary Missions - ecovoluntary Journeys

The ecovolunteer trip consists in leading voluntary actions for the environment in general and particularly of fauna and flora. The French association "Around The Rock, Ecovolunteer world tour in search of endangered species" is recognized of general interest and directed its ecovolunteers missions to the fauna. The ecovolunteers of the association "Around The Rock, Ecovolunteer world tour in search of endangered species" look for worldwide programs, ecovolunteers missions or trips to help organizations that protect wildlife and endangered species.

The ecovolunteer trip is a state of mind and requires a significant implication and flexibility, but no specific skills. Everybody can thus be ecovolunteer. The ecovolunteer trip allows to travel differently and in a useful way. The ecovolunteers are involved in concrete actions on the field with biologists, scientists, rangers and other people of the reserves, parks, refuges and other environmental organizations. The ecovolunteer trip is also an exchange which places the ecovolunteers in the heart of the organization, and thus, puts them in direct contact with the local population.

The ecovolunteers missions or ecovolunteers programs are sometimes free, and often paying. Each ecovolunteer can choose and contact directly the association he wants to help to negotiate at best his stay. The association "Around The Rock, Ecovolunteer world tour in search of endangered species ", through its website informs free of charge ecovolunteers about the associations already visited. Indeed, Céline GIBERT and Anthony PHILIPPE are currently conducting a world tour over a period of 5 years to make a maximum of missions in the reserves, parks, refuges and other associations that can welcome ecovolunteers. Information, based on real-life experiences, is displayed online :



The ecovolunteer trip, the ecovolunteers missions, the ecovolunteers programs are extraordinary ways to discover the world and the wildlife; so don’t hesitate anymore to take the plunge and try the experience by becoming ecovolunteer.



The term "Around the rock" reminds us that the earth is a rock covered with water and vegetation, essential to the survival of biodiversity. Man depends on the planet and has the choice to overuse the land irreversibly or preserve it for future generations hence this question :


The answer may seem obvious and yet the awareness of each individual is different depending on the geographical origin and lifestyle.

As far as we are concerned, we decided to act for the future of biodiversity in directing us to the protection of endangered species and their habitat.

Our involvement in projects to protect rhinos in Swaziland, felines in Florida, small and medium sized endangered species in France have allowed us to make the transition from tourist status to the volunteer status, making form a project in our mind :

A world tour, punctuated with voluntary work in associations which fight for the protection of wildlife.

A multitude of small associations with limited resources, rely on solidarity and sharing to carry out their actions.

TournageOur goal is to present the work of these associations, promote fair and responsible travel, through videos, stories and pictures available on our website.

During this journey, we will drive in remote areas, difficult to access, which is why we decided to use an all-road vehicle with a minimum of options so that we can live independently..

Our environmental convictions led us to equip our car with two fuel savers: the FDME (fragmentor of ecological molecules) and PGH (Hydrogenated Production Gas).

The departure of this world tour is scheduled for spring 2014.

The red list of endangered species in the world is unfortunately very long. That is why we have decided to present a non-exhaustive list of animals whose status is more or less critical, and that we will try to approach.

  • Africa
  • America
  • Asia
  • Europe
  • Oceania

AssociationThe association "Around The Rock" was created in order to promote eco-volunteering for reserves, zoos, shelters and organizations protecting endangered species and thus biodiversity essential to the balance on earth. All human beings are directly affected by disruptions in the ecological chain, because our survival and that of our children depends exclusively on the flora and fauna around us.

« Around the Rock » has already more than 60 members, performs voluntary actions, brings experience, equipment and / or financial support to other organizations for the protection of the environment. Members communicate the usefulness ecovolunteers actions, allowing a wider audience to add its contribution through voluntary actions. Everyone can be ecovolunteer (eg, IT specialists, accountants ...), because the associations often need complementary skills in fields they don’t know.

The website « Around AssociationThe Rock » is a link between ecovolunteers and organizations of preservation of flora and fauna. Many people feel concerned about environmental issues, but do not know how to act at their level. Therefore, the association helps all people (members or not to the association) to better organize volunteer opportunities.

Among the actions taken by "Around The Rock", there is a specific project of a world tour over a period of 5 years with the aim of discovering reserves, refuges, zoos, to be volunteer there, to provide material, financial aid, make videos and worksheets presentations in order to introduce them to the public. This mission will be led by Céline GIBERT and Anthony PHILIPPE, and punctuated with voluntary work by the members in reserves and country of their choice. It is not a tourist trip, as many people may realize, but an environmental mission that will lead to a movie showing that we can all take action for Associationthe environment in our own small way. The film will then be distributed to schools and other organizations to raise awareness and create vocations around the preservation of species and eco-volunteering.

Status of general interest of the association allow to approach a greater number of sponsors and to act further for the conservation of biodiversity, so that future generations thrive on a planet preserved and continue the work we have committed.

  • Transportation
  • Shooting

4x4 Priority for anyone wanting to make a trip with an all-road vehicle is to understand how it works, its capabilities and its limits in order to drive SAFELY.

We opted for a 4x4 with an intermediate frame because it is less expensive, combined with a 3L engine which uses less fuel.

The interior is a rustic and solid design which allows us to live independently in remote areas.

The vehicle contributes to the success of a project like ours, so we spent a lot of time to prepare it in order to meet our needs and to carry out this project of world tour.

Here is a video produced with the support of Rachel and Philippe Simonin, whose images come from various courses, treks and hikes.

We also thank Françoise GRACIET and Euro4x4parts team who brought some changes to the vehicle as our learning. http://www.euro4x4parts.com/

During our different trips we brought videos back, that Philippe GILBERT, multimedia director (hd5153.com) taught us to treat in order to make videos. He also explained the basic principles allowing us to improve our shooting.

The videos below were taken during volunteer missions in Swaziland (2008), Florida (2009) and France (2012). It is also from these images that Philippe made the Teaser (Trailer) of the ecovolunteer world tour project.




Céline GIBERT,

born in 1984, comes from Avranches (France - Normandy) and currently lives in Alençon. Graduated with a master of International Management obtained after 6 months of study in South Korea, at the University of Ewha Womans University, she then specializes in management control at the IAE of Caen in France. Her career began in an automotive supplier and she works now for MPO company, French manufacturer of optical disc and solar cells.



born in 1974, comes from Mortain (France - Normandy) and currently lives in Alençon. Graduated with a BTS Manufacturing, he gets professional experience in companies such as Acome Guy Degrenne, Adiamix,...

Twenty years in the industrial world, allowed him to occupy positions ranging from machining center operator to sales manager for a Dutch company processing stainless steels.


For over 10 years, these two globetrotters travelled through Europe, the United States, Chile, Tibet, China, South Korea, Japan, Sri Lanka, Egypt, Tunisia, Morocco, Mauritania and Swaziland.

Harry Reynolds

Their hearts, minds and passion for bringing the word of the importance of endangered wild creatures have brought Celine & Anthony to the farthest reaches of Mongolia. It is here that they seek the Critically Endangered Gobi Bear. They searched and searched and found mostly tracks, but the bears didn’t show themselves.

What Celine and Anthony did find was a unique environement and a land crucial to continued existence of the Gobi bear and other rare species, snow leopards, wild camels, Asian Wild ass, ibex, argali, wolves, lynx, and gazelles.

We thank Around The Rock for helping to spread the word about this bear that is little-known bear outride of Mongolia. It will only be saved when the work of eco-volunteers like Celine and Anthony becomes widely known and appreciated.

Thanks so much for your commitment to treating our world with respect and doing your best to spread the message to the world that Gobi bears must not become extinct.

All the best, with wishes for safe and eventful travels.

Harry Reynolds,

Gobi Bear Project / Gobi Bear Fund

Certaines pages méritent peut être plus que d’autres d’être mise sur le devant de la scène. Il y a environ 150 jours et 15154km, Céline et Anthony ont quitté notre bonne vieille France. Fini le train-train du quotidien pour eux, fini le confort, aujourd’hui ils ont entrepris de réaliser leurs rêves, leurs convictions, d’entreprendre une belle cause : « Un tour du monde écovolontaire » à la rencontre des espèces menacées.

Leur cause est noble et respectueuse.

Je vous invite à rejoindre et découvrir leur page Facebook, ainsi que leur blog, ils gagnent à ce qu’on sache ce qu’ils font, car nous oublions rapidement combien notre nature est fragile, que chaque geste quotidien peut nuire à notre belle planète : Pensez à recycler, maitrisez votre énergie, ne la dépensons pas inutilement…
Venez découvrir leurs nombreux posts, leurs vidéos et leurs photos.
Je suis partie pour 10 jours d’écovolontariat au Hustai National Park, via l’association Cybelle Planète (pour 710 euros : hébergement en dur (yourte de deux places), pension complète, transports, on est venu me chercher à l’aéroport et on pouvait m’y ramener gratuitement). J'ai cru comprendre qu'il est possible de réserver directement auprès de l’équipe du parc sans avoir d’intermédiaire comme Cybelle Planète (voir avant pour les assurances) 
Or, cette mission a besoin de publicité, le parc naturel d'Hustai manque globalement d'écovolontaires, alors que toute l'équipe du parc (qui est une ONG, et ne reçoit aucune aide de l’Etat mongol) est partie de zéro il y a vingt ans pour construire et entretenir aujourd'hui au quotidien une faune et une flore d'exception, un travail incroyable qui mérite d'être connu et soutenu!

J'étais sur place mi-août, et j'étais la seule écovolontaire du mois, alors que la steppe est belle, chaude (30°C pendant les 10 jours, nuits fraiches), et pleine de senteurs durant ce 3e mois d'été. Certes, il y avait un peu plus de monde en juillet (5 écovolontaires en tout je crois), surement à cause du Naadam Festival, mais personnellement je n'ai pas regretté d'y être un peu plus tard.  
Le rôle de l'écovolontaire peut sembler un peu trop simple à première vue : il s'agit de suivre l'un des 35 harems à travers leurs déplacements dans la steppe de 6h30 à 10h30 (départ à 6h du camp) et de faire des relevés GPS et de température/vent. Ces relevés sont ensuite à rentrer dans un fichier excel l'après-midi. Mais ce rôle de l'écovolontaire est très important : les données collectées permettent d'analyser les déplacements des takhis, et leurs motivations, elles permettent en particulier de repérer les endroits où les chevaux sauvages mangent et boivent, si les ressources sont suffisantes ou non, quelle est la densité, et donc quelles sont les capacités d'hébergement du parc dans de bonnes conditions. Par ailleurs c'est une mission très agréable, qui permet une découverte privilégiée de la steppe : à 6h, il ne fait pas encore trop chaud, et jusqu'à 11h, les animaux sont en activité, ce qui permet non seulement de faire de bonnes marches, mais encore de voir la faune dans son milieu naturel : marmottes, sousliks (sorte d'écureuil de la steppe), cerfs, aigles, milans, faucons, vautours, gazelles etc. Les comportements des chevaux sauvages sont également importants à noter, et l'on ne peut que constater le succès de la réintroduction passionnante de ces bêtes : tous les matins on observe une famille (un harem), un étalon, généralement entouré d'une dizaine de juments et de poulains, dont une jument dominante qui guide le troupeau. L'étalon défend ses prérogatives contre les nombreux mâles errants qui tentent de prendre sa place (généralement on voit au moins un "bachelor" tenter de détrôner l'étalon, tous les matins !).  

Outre cette mission d'observation, l'écovolontaire est sensibilisé au travail de l'équipe scientifique (présentations faites par les spécialistes de chaque domaine du parc), et peut aider la botaniste et ses étudiants à classer les plantes (ce que j'ai fait), ou encore à baguer les oiseaux (ce que je n'ai pas fait, ce n'était pas le moment). J’ai aussi aidé à la mise en place d’une pompe à eau fonctionnant avec des panneaux solaires : l’eau est un vrai problème dans le parc, il n’y a que deux sources, peu abondantes, pour une population animalière croissante et une terre très aride, il est donc crucial de réussir à créer d’autres points d’eau. 
La coordinatrice des écovolontaires, Naraa, jeune femme de 23 ans très dynamique et très sympathique, parlant bien anglais, est soucieuse de proposer un programme riche de découverte des lieux (1 visite d'une famille nomade, 1 matinée avec un ranger pour observer les gazelles, 1 nuit dans un autre camp du parc, 1 tour pour découvrir les vestiges historiques du parc). Après ils ont vraiment besoin d'aide, mais ils proposent une formule presque trop confortable pour l'écovolontaire : celui-ci est un peu traité comme un touriste privilégié, de proximité, d'immersion, de promotion, de sensibilisation à la nature et aux missions scientifiques nécessaires à la survie de cet écosystème fragile. Il ne faut pas hésiter à faire des suggestions à l'équipe et à prendre les devants, ne serait-ce que pour transformer cette formule : j'ai eu la chance d'être au parc d'Hustai en même temps qu’Anthony et Céline, ensemble nous avons réfléchi aux autres missions possibles de l'écovolontaire à Hustai. Nous avons fait un trombinoscope de toute l'équipe du staff (demandez le en arrivant ! c'est bien pratique pour retenir les noms mongols imprononçables!!), nous avons aidé à remettre la bibliothèque en état et à la ranger (on a juste commencé malheureusement), nous avons mené de nombreuses réflexions sur l’amélioration de la communication auprès des touristes qui sont accueillis dans le camp où loge l’écovolontaire, et nous avons voulu participer à cette amélioration sans pour autant empiéter sur le travail de la « tourist manager », en rédigeant des informations écrites pour l’« information center » où il n’y a que des photos (une frise explicative), et une liste des films disponibles dans le « conference hall ». Anthony et Céline ont beaucoup travaillé avec le data manager : j’avais suggéré qu’ils revoient leur page Facebook (qui n’était qu’un profil perso, et non une « page » que l’on peut « liker » et suivre), Anthony et Céline les ont aidés à Oulan Bator où il y a une connexion internet. Il y a vraiment beaucoup de choses à faire, il faut donc montrer sa volonté d’implication et ne pas hésiter à avoir des idées.

Mes attentes : 
Cette mission était ma première mission écovolontaire. Je n’étais jamais partie comme volontaire, je n’étais jamais allée en Asie - mes seules expériences de voyage étaient dans des pays occidentaux. Pour des questions de calendrier, je savais que je devais partir seule si je ne voulais pas rester chez moi à me tourner les pouces. Or l’avantage d’un projet d’écovolontariat est, outre sa portée morale et utile, l’offre d’un cadre, ce qui peut être appréciable pour une personne seule ! Alors plutôt que de faire dans la demi-mesure, et d’aller dans un pays proche, j’ai décidé d’aller à la rencontre d’une nature brute, sauvage, inconnue et ouverte, sans aucune barrière enfreignant les mouvements des animaux observables dans leur milieu naturel (les vautours du parc vont jusqu’en Corée, et reviennent en été ! De même que de nombreux mammifères vont et viennent sans tenir compte des frontières du parc). Le projet de réintroduction des chevaux sonnait comme un hymne à la liberté, de même que les images du peuple mongol que l’on peut trouver en France (cf les films : Le chameau qui pleure, Le chien jaune de Mongolie…, les documentaires sur Arte et Youtube, et la littérature de Galan Tschinag). C’est donc ce que je recherchais en partant là-bas, et je n’ai pas été déçue. 

Mon voyage a comblé et dépassé toutes mes attentes. Certaines dimensions étaient complètement inattendues : si j’avais deviné la possibilité du choc des cultures, je ne m’attendais pas à être autant dépaysée, les mongols parlent, pensent et agissent différemment, même s’ils ont le contact facile et qu’il y a peu de barrières qui nous séparent vraiment d’eux (en Chine où j’ai transité, la communication était beaucoup plus froide). Ils ont une culture de l’être ensemble et un rapport au temps autres (ainsi qu’aux routes et à la conduite !!). La mission d’écovolontariat permet d’être intégrée directement dans l’équipe scientifique, de côtoyer tous les jours des gens qui vivent et travaillent 24h/24h dans le parc dans une forme de dialogue privilégié. On est immergé. Ce n’est pas le cas des touristes, qui viennent seuls (rares) ou en groupe avec un guide, et qui sont tenus à distance, uniquement logés et cantonnés à un tour en voiture pour voir les takhis, sans information, et maintenus dans une position de consommateurs.

Et c’était le 2e aspect inattendu de mon voyage : je n’avais pas trop réalisé ce que cela signifiait d’être logé dans un « camp touristique », j’avais simplement noté les commodités, le confort prévu : logement en yourte, avec électricité (pas besoin d’adaptateur), douches chaudes, restaurant (avec de la très bonne cuisine). Or, en fait le camp touristique, qui jouxte directement les bureaux de recherche scientifique, accueille énormément de monde en été. On peut parler de relatif « tourisme de masse », puisqu'au maximum 100 personnes dorment toutes les nuits, et plus passent dans la journée sans dormir. Mais ne vous effrayez pas, c’est loin d’être insupportable ! Le tourisme est très important, car il est la seule source de revenus direct du parc, qui ne bénéficie d’aucune aide gouvernementale (c’est une ONG), et qui reçoit peu de donations (fonds sur projet des hollandais, possibilité de parrainer un poulain pour 100 dollars pour les particuliers). Or c’était très intéressant d’observer le fonctionnement du camp. Depuis l’an dernier, le camp est à sa capacité maximum d’accueil, ce qui crée nécessairement des incidents à répétition, notamment pour le respect des règles d’observation des animaux par tous ces visiteurs accompagnés de guides d’Oulan Bator pour aller voir les takhis (le soir, parfois le matin)  : il y a une volonté de l’équipe de changer le tourisme existant en éco-tourisme encadré, et d’articuler plus fortement le projet scientifique et l’accueil d’un public responsable. L’écovolontaire peut avoir un vrai rôle dans cette articulation, un regard extérieur. Et puis le volontaire, tout en étant du côté des professionnels (ou du moins avec eux) et non pas a priori du côté des touristes, peut néanmoins bénéficier de la présence du camp qui rend les rencontres faciles, multiples, et internationales, une vraie richesse. Je m’attendais à avoir des temps morts, des moments de solitude et d’ennui, au moins quelques uns… mais pas du tout ! Il y avait tout le temps quelqu’un avec qui discuter, échanger des points de vue ou avec qui lancer des projets. Ces rencontres internationales complétaient parfaitement le côté « immersion » dans l’équipe mongole. 

J’avais quelques craintes avant de partir, qui se sont révélées infondées pour mon plus grand bonheur : Je craignais, en me cantonnant au parc d’Hustai et à Oulan Bator, de n’avoir qu’un aperçu tronqué de cet immense pays, mais finalement je pense avoir beaucoup mieux exploré la Mongolie par cette voie que nombre de touristes partis en excursion cadrée. Par ailleurs le parc d’Hustai est certes petit (25km), mais il représente une « natural transition zone » incroyable, concentrant un nombre d’espèces d’insectes, de plantes et d’animaux inégalé. 
Je craignais également d’être peu utile sur place, et de payer un service de tourisme déguisé. Si l’écovolontaire est très bien reçu au parc d’Hustai, si des activités « touristiques » de découverte du parc sont prévues pour lui (balade à cheval, sorties diverses), dans une logique d’image de marque, je crois à la grande importance du développement du nombre de volontaires, pour le bon fonctionnement scientifique du site (faire les observations le matin permet de récolter massivement des données, et de dégager du temps pour les scientifiques, qui n’ont plus à le faire si les écovolontaires s’en chargent, or pendant les grosses périodes touristiques le temps est particulièrement précieux) mais surtout pour créer une bulle d’air dynamique dans les relations entre scientifiques et touristes sur place. 

Mes conseils :
Ne pas hésiter à discuter avec tout le monde sur place : toute l’équipe est accessible, notamment l’équipe de direction ! Si l’on vous dit que machin doit être très occupé, ne pas hésiter à insister un peu, les mongols adorent discuter, on les dérange rarement ! 
Savoir que cette mission nécessite de se lever avec le soleil le matin. Niveau matos : il peut être utile d’avoir une clef USB (pour récolter des documents, des films qui vous intéressent, et puis… pour échanger avec les globe-trotter un peu bizarre, n’est ce pas !). Avoir conscience qu’il y a beaucoup de poussière, et on est au pays des chevaux : prévoir des cachets anti-allergiques si besoin, ainsi qu’un désinfectant/antiseptique en cas de plaie. Il y a quelques insectes dans la yourte (des araignées, des punaises inoffensives, des mouches mais peu de moustiques), il faut s’y préparer. Les nuits sont fraiches (10°C), les journées très chaudes. La steppe du parc compte 500 espèces de plantes, dont une très urticante (sorte d’orties locaux puissants), prévoir une crème apaisante et la porter sur soi lors des observations. 
Si vous êtes une femme seule, blonde, les hommes peuvent être un peu entreprenants, il y a une culture de la séduction en Mongolie (et cela fait viril d’avoir des conquêtes occidentales pour les hommes) ! Ne pas hésiter à les recadrer tout de suite, plutôt que d’être gentille… les femmes mongoles sont des femmes fortes et franches, qui savent dire non. 

Cette mission gagne à être connue. C’est un endroit merveilleux, libre, un peu bordélique et bricolé comme toute la Mongolie, mais le parc est bien géré et l’équipe qui y travaille est qualifiée. Le travail effectué là depuis 20 ans est colossal.  
Désormais il y a des vols directs Paris-Oulan Bator, et le visa n’est plus nécessaire si vous restez moins de 30 jours, c’est tout nouveau, profitez en !!!!